Crochet, Customisation, Recyclage, Top et petits hauts, Vêtements

Les envies de Mathilde #1 : « j’veux le même en rouge »

Mathilde, c’est la maman d’Ella – copine d’école de ma Bestiole – avec qui nous avons en commun notre goût de la mode, du shopping fashion, des bons plans, en dehors de plein d’autres choses.

Vous vous souvenez, elle m’avait lancé le défi de reproduire la robe Petit Bateau préférée d’Ella ( que vous pouvez revoir ICI ).

Pour ce nouveau défi, Mathilde m’a montré un top qu’elle adore : un top de la marque « Les Petites » en coton plumetis blanc, sans manches, avec un galon crocheté blanc qui vient souligner la ligne de poitrine et border l’encolure, les emmanchures et le bas.

Elle m’a aussi montré un tissu satiné rouge, qui semblait avoir été cousu très rapidement par endroits pour en faire une jupe portefeuille version longue. Ce tissu présentait donc de très grandes parties exploitables. Mais c’était sans compter avec son froissage immédiat au moindre mouvement.
Elle souhaitait que je l’utilise pour réaliser un top identique au sien. Identique dans la coupe et dans l’idée.

Comme pour le projet de la robe d’Ella, cela m’a demandé énormément de temps, corrélé à mon travail et des soucis organisationnels.

Il faut savoir que « recopier » une coupe, une forme, juste à partir d’un modèle n’est pas mince affaire.
Voici les différentes étapes que j’ai suivies:

  1. le dessin à main levée : sur mon carnet de couture (ma bible en somme où je note mes tissus fétiches, mes patrons préférés, ma to-sew-list , les demandes de Mathilde…) je fais le dessin du top, en respectant la forme initiale, avec toutes les parties. Cela me donne tout de suite une idée plus concrète de la quantité de matériel, du type de tissus pour le rendu que je souhaite.
  2. étude du tissu : à force de toucher le tissu satiné (qui me semble être un tissu synthétique), je me rends compte qu’il est très soyeux, glissant sans pour autant être souple. Je propose alors à Mathilde de ne pas faire le top entier avec car il manquera de fluidité. Je lui propose de le combiner à un jersey rouge léger.
  3. la mesure de toutes les parties du top d’origine : armée de mon mètre ruban et de feuilles de brouillon, je mesure entre 4 à 5 fois chaque partie du top. Pour celui-ci, il y a 2 empiècements devant (= le haut), 1 devant (le bas), 2 empiècements dos (= le haut du dos) et 2 dos (le bas).
    Lorsque je suis ENFIN sûre de mes mesures, je les note.
  4. le dessin du patron final : je dessine les parties du patron SANS MARGES DE COUTURE puisque je mesure d’une ligne de couture à une autre. Certaines parties sont « faciles » car ce sont des lignes à tracer à la règle. Mais pour les parties arrondies des empiècements (emmanchures notamment), je décalque tant bien que mal, la feuille par dessus le top d’origine. Une fois satisfaite des mes différents dessins (ce qui est très long, j’ai effacé et jeté bon nombre d’essais, parfois au bord de la crise de nerfs et des pleurs nerveux.
  5. la découpe du tissu : il y a donc 4 parties en tissu satiné rouge, les 4 sont destinées au haut du top. Les 2 empiècements devant et les 2 empiècements dos. Comme le tissu satiné est très très glissant je l’épingle +++ pour ne surtout pas bouger à la découpe, d’autant que je rajoute ma marge de couture de 0,75 cm tout autour des pièces. Je suis également obligée de le repasser souvent car il se froisse tout le temps.
    Je coupe ensuite en jersey le bas du devant et les 2 parties du dos.
  6. l’assemblage (fastidieux) :
    • je réalise des fronces sur les deux lignes diagonales du jersey devant pour que leur longueur coincide avec celle des empiècements devant et sur la ligne horizontale centrale pour obtenir la même longueur que sur le top d’origine (ou à peu près). Je fixe les fronces avec une couture à 0,5 cm du bord puis j’assemble chaque empiècement devant sur chaque diagonale froncée, à la surjeteuse (après bien des sueurs pour obtenir un réglage potable).
    • j’assemble chaque empiècement dos avec son bas sans tirer sur le tissu. Entre l’élasticité du jersey et le glissant du satiné, c’est périlleux.
    • je pique les épaules et les côtés du top.
    • je pose le galon crocheté sur le bas du top, les emmanchures et l’encolure avec un couture droite pour fixer, à 0,5 cm du bord. Je surjette ensuite en faisant coïncider l’aiguille gauche de la surjeteuse avec la précédente. Je marque la couture au fer à repasser et je fixe la couture avec une surpiqûre à 2 mm .
    • au lieu de la boutonnière du top de base, j’assemble les deux parties du dos endroit contre endroit et je surjette aussi. Je rentre tous les chainettes dans la couture avec une aiguille à laine pas trop épaisse.

Bilan des courses : beaucoup de peurs, de frayeurs à cause du glissant du satiné, un petit décalage dans ma dernière couture pour fermer le dos mais un rendu magnifique, avec la fluidité que j’attendais grâce au jersey.

IMG_1289IMG_1290IMG_1291IMG_1292

 

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s